Naboja, la frontière interdite

Titre: Naboja, la frontière interdite

Auteur: Catherine Jolibois Silvestre

511 pages – 24€50

Naboja la frontière interdite

Résumé:

Je m’appelle Ben et je vais avoir dix ans. En apparence, je suis comme tous les autres gamins de mon âge, mais ce n’est pas le cas. Je souffre en silence depuis des années et j’ai décidé de m’en aller… ailleurs. Ce n’est pas parce que je suis un froussard, juste, j’en ai assez. Pourtant, en partant, je ne m’attendais pas à semer un tel bazar! D’après eux, ceux qu’on appelle les Semeurs de Peur, l’univers est sur le point d’exploser, d’être anéanti! Et à cause de moi, en plus! Vous pouvez croire ça, vous? Ils disent même que je suis la personne la plus importante au monde et la seule à pouvoir tout arrêter! Moi, le mec le plus maladroit et le plus insignifiant qui soit! Si je ne dormais pas, je croirais rêver!

Naboja, c’est l’histoire bouleversante d’un enfant qui, étouffé par un handicap pesant, fuit dans le monde du Rêve pour échapper au sien. C’est aussi, et surtout, un cheminement intérieur où les héros, alors qu’ils sont sur le point de tout perdre, réalisent que nul ne peut échapper à sa condition, que nul n’a le droit de briser la chaîne qui unit les êtres vivants à l’univers.

Un voyage jusqu’au bout de soi-même et des autres. L’histoire palpitante d’un petit peuple de l’ombre et d’un enfant extraordinaire qui avait juste oublié qu’il l’était.

Mon avis:

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un de mes plus beau coups de cœur de 2017! Cela fait déjà longtemps de je l’ai lu, mais à chaque fois que je commence cette chronique, je suis bloquée par l’impression de ne pas réussir à transmettre toute l’émotion ressentie à sa lecture! Ce livre est une pépite, un roman auquel je tiens de plus en plus au fil des mois… Je relis très rarement mes livres, mais je sais que celui-ci sera une exception!

Avant de rentrer dans le vif du sujet, que dire? Pour éditer son roman, Catherine Jolibois Silvestre n’a pas chaumé… Elle a créé sa propre maison d’édition (La Silvine Editions) et a tout fait pour nous offrir un roman digne des plus grands. L’objet livre est superbe: la couverture est d’une qualité folle (l’illustration, l’impression…) le papier est épais, les titres de chapitre sont stylisés, l’auteur a joué avec les polices et tailles d’écriture pour nous faire entrer pleinement dans l’histoire. Tous les petits détails ont été travaillés!

Je remercie Catherine pour le superbe cadeau qu’elle m’a fait! Elle m’a proposé de m’envoyer un exemplaire de son roman qu’elle s’est amusée à dédicacer et surtout à recouvrir de paillettes! Elle m’a expliqué par la suite que c’est de la poudre d’étoile, un porte bonheur qu’elle utilise régulièrement dans les spectacles qu’elle réalise en tant que conteuse.

« Attention, ce livre renferme une magie puissante. Ne la craignez pas. Prenez-là et gardez-là! Dorénavant, elle sera votre plus précieux trésor… »

Ce livre est un véritable trésor qui trône fièrement dans mon semblant de bibliothèque! Bien qu’il soit débarrassé de quasiment toutes ces paillettes, il arbore fièrement toute une collection de post-it colorés le long de ses pages… J’avais, à sa lecture, envie de tout garder en tête, et maintenant j’aime parcourir le contenu de ses différentes pages!

Que vous dire sur ce roman sans vous gâcher sa lecture? Ce livre est extrêmement riche: l’univers, les personnages, les détails, les métaphores… tout a été orchestré avec talent par l’auteur!

Nous nous retrouvons ici dans une grande métaphore de la dyslexie qui nous permet de prendre du recul sur ce handicap sans même nous en rendre compte. N’ayez pas peur, bien que centrale, cette question ne prend pas toute la place et reste en fond.

Nous suivons Ben et les semeurs de Peur. J’ai trouvé le résumé en décalage avec l’intrigue principale car il ne met pas assez en avant les semeurs de peur dont la quête est pourtant centrale. Ces derniers tentent désespérément de lui faire peur et projettent de retrouver Ben dans le monde du Rêve où il fuit la réalité. L’auteur nous tisse ainsi un superbe mélange entre fantasy et fantastique truffé de détails qui m’ont fait sourire: la monnaie utilisée est celle du Monopoly, des symboliques fortes sont utilisées (les femmes, par l’intermédiaire de démons féminins, ou même les cheveux sources de force dans nombre de mythes…).

J’ai été surprise de voir toute la collection de prénom en -ine que l’auteure a utilisé: Carline, Eoline, Capucine, Fleurine… A croire que je pourrais faire parti de cet univers puisque je m’appelle Célestine (les prénoms en -ine sont d’ailleurs très présents dans ma famille^^)!

A la lecture, j’ai toutefois repéré quelques points que j’ai moins aimé. Nous assistons à une lutte contre le Mal avec l’inévitable grande bataille. J’ai peu accroché à celle-ci, mais il faut savoir que je suis peu amatrice de ce genre de passage mais aussi qu’à ce moment de ma lecture, je piquais du nez^^ Je vous ai déjà parlé précédemment du décalage que j’ai ressenti avec le résumé donc je ne m’étalerai pas plus sur la question. J’ai également ressenti une certaine lourdeur en ce qui concerne les notes en bas de page. Elles restent cependant très utiles à la compréhension du récit et de ses symboles, sans doute serait-il utile de les alléger un peu.

La lecture de ce roman m’avait au départ inspiré toute une série d’articles sur la dyslexie et la lecture… Je n’ai malheureusement pas concrétisé ce projet mais cela montre à quel point j’ai travaillé intérieurement sur cette question. Il faut savoir que j’y suis déjà sensibilisée car plusieurs personnes de mon entourage vivent avec ce handicap et car je l’avais étudié lors de mes études.

Catherine Jolibois Silvestre nous présente ici un récit plein de recul et d’émotion qui m’a énormément touchée!

En bref:

Cette chronique fait partie de mes plus longues et pourtant je pourrais vous parler de ce roman pendant des heures sans avoir l’impression de le mettre suffisamment en valeur… Ce roman est une pépite littéraire pour lequel je souhaite un très bel avenir! (Sur sa page Facebook, l’auteure commence à nous donner quelques indices qui laissent à penser une bonne nouvelle pour son roman… croisons les doigts) Je vous conseille bien sûr vivement cette lecture!

Pour en savoir plus sur l’univers de Naboja:
page facebook
site internet

Pour en savoir plus pour l’auteure:
page facebook

Publicités

4 commentaires sur “Naboja, la frontière interdite

  1. Ahhhh Naboja!!! on en parlerait des heures! que dire de plus? plus grand chose mise à part que la plume de l’auteure est aussi magique que l’auteure elle-même qui me fait l’immense honneur d’être mon amie ^^ du coup, je ne deviens peut-être plus très objective… mais tant pis! Catherine est une personne lumineuse et cela ressort dans ses écrits! Il ne vous reste plus qu’une chose à faire: dévorer cet ouvrage!

    Aimé par 1 personne

  2. e n’ai pas eu le temps de répondre correctement à cet article, très prise ce weekend, mais je suis très, très touchée par ce retour de Célestine. On est toujours tellement tendu quand un lecteur se penche sur ce qu’on a écrit. Cette peur viscérale de décevoir, de ne pas être à la hauteur, de n’avoir pas su l’entraîner dans notre histoire… C’est très douloureux à chaque fois, en tout cas pour moi. Je ressens beaucoup de joie à partager mon univers, mais elle est toujours mêlée à cette angoisse de ne pas plaire… Alors, un retour comme celui-là fait chaud au cœur et rassure… au moins pendant un temps   Merci Célestine de ce petit bout de bonheur poser dans ma boîte de réception !!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s